La Maison Paul Eluard ressuscite l’Avenir en Artsakh

François Pupponi, Président
du Cercle d’Amitié

La Maison Paul Eluard, centre de la Francophonie en Artsakh a inauguré ses nouveaux locaux ce mardi 14 septembre à Stepanakert, capitale du pays, en présence des plus hautes autorités de la République et d’une importante délégation française, dont de nombreux membres du Cercle d’Amitié.

« Cette inauguration atteste de la détermination commune de la République d’Artsakh et de ses amis français à assurer aux Artsakhiotes un avenir à la hauteur de leurs ambitions » a déclaré François Pupponi, le Président du Cercle. « Avec ce bâtiment flambant neuf, la Maison Paul Eluard sera plus que jamais l’instrument privilégié de la formation professionnelle et des collaborations entre l’Artsakh et les territoires de France, leurs associations et leur citoyens » a-t-il poursuivi.

La République d’Artsakh était représentée par son Président Araïk Haroutiounyan, le ministre d’Etat ayant rôle de Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, la ministre de la Culture et de l’Education nationale ainsi que par des maires et des élus locaux. Hovhannès Guévorkian, le Représentant de l’Artsakh en France avait également fait le déplacement.

Outre son Président, le Cercle d’Amitié était pour sa part représenté par Pascal Doll, maire d’Arnouville, Richard Mallié, maire de Bouc-Bel-Air, Monique Slissa, adjointe au maire et ancienne maire des Pennes-Mirabeau, ou René Rouquet, membre honoraire du Parlement, ancien maire d’Alfortville ; sans oublier celles d’Antoni Yalap, adjoint au Maire de Sarcelles et de François Rochebloine, membre honoraire du Parlement et ancien président du Cercle qui assure actuellement la présidence de l’association Francophonie en Artsakh.

Le Cercle d’Amitié rappelle que la Maison Paul Eluard a vu le jour grâce au soutien politique et financier des autorités du pays mais aussi de celui du Fonds Arménien de France et de l’association Francophonie et Artsakh rassemblant les contributions de collectivités locales et territoriales françaises. Si l’institution fonctionne depuis plusieurs années, les bâtiments édifiés grâce aux soutiens français vont lui permettre un nouvel essor.

« Ce que nous célébrons avec cette inauguration, c’est la vie, la liberté et le pari de l’intelligence après la terrible de l’agression azerbaïdjanaise qui continue de meurtrir les familles et les terres de l’Artsakh. Je suis convaincu qu’avec ce magnifique outil de formation qu’est Maison Paul Eluard, véritable fenêtre d’ouverture sur le monde francophone, les Artsakhiotes sauront faire valoir leurs talents et leur savoir-faire » a conclu François Pupponi.